30 août 2015

L'auteure de "Et si...", se livre sans tabous !



Chers lecteurs, 

Je souhaiterais vous présenter Marie C., ce p’tit bonhomme, écorché vif d’un mètre quatre vingt comme elle se définit elle-même.

Dans cette interview, l’auteure de la nouvelle « Et si… » se livre sans tabous. Elle nous raconte les difficultés qu’elle a rencontrées lorsqu’elle s’est mise à l’écriture. Avec simplicité, elle met en garde les nouveaux auteurs mal préparés et nous explique pourquoi elle n’a jamais écrit de roman.

Découvrez vite ce que cette femme étonnante et entière a à nous dire sur ses projets et ses passions.
« Et si… » est disponible gratuitement en téléchargement en bas de cette page.


Marie C., qui es-tu ?
Je dirai que je suis une écorchée vive qui s’est cherchée pendant pas mal de temps. De nature curieuse et aimant l’investigation j’ai toujours voulu être flic, détective privé ou agent secret, mais pour l’heure, j’aime rire, pleurer et chanter aussi. Je crois bien que c’est que je sais faire de mieux d’ailleurs !
Au-delà de ça, je viens d’avoir 40 ans, l’âge de la maturité soi-disant. Pourtant je ne suis pas une femme vraiment épanouie, j’attends mon heure. Accomplie… probablement ! Mais je sais ce que je veux et ce que je ne veux plus c’est déjà bien…

Comment l’envie d’écrire t’est venue ?  
L’idée de me lancer dans l’écriture est venue quand j’ai fait partie du Jury « Prix du meilleur Polar » dans le « Cercle Le Point ».
L’objectif était de lire 12 polars dans l’année envoyés directement par la maison d’édition et de faire un résumé ainsi qu’une critique en quelques lignes autour de ces livres. À mon goût 1 ou 2 romans pouvaient sortir du lot peut-être, mais aucun ne m’a transcendée au point d’élire le meilleur polar. D’ailleurs le livre gagnant n’était pas dans ma cible.
Cette expérience a été enrichissante. Je n’ai pas eu de frisson et ai trouvé le suspense assez pauvre. Peut-être suis-je blasée de mes lectures ? Peut-être que j’en attends toujours plus depuis le temps que je lis des polars. Finir un livre en restant sur sa faim ou attendre les montées d’adrénaline m’ont donné envie de passer de l’autre côté : celle qui écrit et non plus celle qui lit.
À partir de ce moment-là, je me suis dit : tiens pourquoi pas moi ?


Comment passe-t-on de l’envie d’écrire à l’acte ?
J’écris si l’on peut dire depuis trois ans, mais de façon sporadique.
Avec toutes les influences et cette boulimie autour de tous les différents univers et style qu’offrent les romans, je ne pouvais pas rester passive. Je ne voulais plus être spectatrice, je voulais à mon tour être actrice, à ma façon bien entendu. C’est parti d’un défi avec une amie, on s’est dit : et pourquoi pas nous ? et la seule réponse a été : OK, chiche ! on écrit un livre ! surtout quand pour ma part, certains Best-Seller n’en avaient pas le mérite. Prétentieux ? Non je ne crois pas, aujourd’hui le lecteur est de plus en critique et donne son avis. C’est lui qui fait vivre les auteurs.
Alors pour moi un livre qui ne m’a pas plus et qui arrive meilleure vente c’est juste un mauvais choix !

 « Et si… » est ta première nouvelle ?

« Et si » n’est pas ma première nouvelle, mais est une des plus abouties, car elle a été écrite pour un concours. Nous devions écrire un polar où les 1ère et dernière phrases étaient imposées. J’ai voulu relever le challenge.
As-tu écrit un roman ?

Oui et j’en avais commencé un. Un ersatz de polar où je m’essayai un peu à l’écriture. J’ai balancé dans le shaker différents ingrédients du polar : un flic looser sous cocaïne dans un village paumé où une série de meurtres surviennent en pleine canicule dans le Colorado et puis, en le secouant et surtout en le relisant ça a donné quelque chose d’insipide. Ce que j’appelle moi un torche-cul. Je l’ai fait lire et il s’est avéré que ce n’était pas vraiment structuré. Je cherchais absolument à raccrocher des bouts de personnages autour d’une histoire qui n’en était pas vraiment une. Je me suis acharnée et entêtée à partir sur un projet trop énorme. Cela m’a pris du temps à réaliser qu’écrire un roman n’était pas fait pour moi ne sachant pas tenir une histoire sur le long terme. J’aime bien quand ça va vite. Je me lasse trop rapidement des choses dans la vie. Je n’ai pas su tenir la distance sur un projet comme celui-ci. Je ne vous cache pas que ça a été une déception, on se dit que finalement que l’on n’est pas capable ou que l’on n’est pas fait pour ça. Que finalement, on restera lecteur. L’écriture n’est pas simple et n’est pas une fin en soi, ça se travaille tous les jours. On peut être habité par ses personnages, les accoucher, les faire vivre ou mourir oui, mais le concrétiser sur papier est une autre histoire. C’est con, mais j’ai passé un an à me remettre de cette expérience ratée.
Et puis un jour mon amie m’a dit : pourquoi tu n’essayes pas d’écrire une nouvelle ? C’est plus court, plus rapide et en ce moment il y a des concours qui peuvent te plaire. Après mûre réflexion, je me suis essayée à participer aux concours où je n’ai rien gagné d’ailleurs à proprement parlé, mais où j’ai regagné en confiance, ce qui m’a permis également de trouver mon style. D’ailleurs, je préfère le côté dynamique d’une nouvelle où l’exploration de différents décors, personnages et style peut être multiple. J’ai sorti : pour « le meilleur et pour le pire » qui est bien glauque et il faudrait que je retravaille prochainement « un moment d’égarement » (le prologue de mon livre).
Comment procèdes-tu lorsque tu écris ? Tu fais un plan ? Tu peaufines ton histoire avant d’écrire ou au contraire, tes doigts glissent sur le clavier comme une évidence ?

Pour le roman, j’avais construit une usine à gaz pour m’y retrouver avec tous les personnages. C’est un livre dans un livre avec toute la documentation qui va avec. Que ce soit sur des rapports d’autopsie ou des rapports balistiques, forcément il faut que ça sonne vrai tout ça. Le côté réaliste des scènes doit obligatoirement être détaillé et précis. Internet pour ça est une vraie mine d’or qui m’a fait voyager ; ne pouvant pas faire de nombreux aller-retour dans le Colorado.
Depuis que je suis passée aux nouvelles, je laisse mon esprit s’évader un peu plus et attache moins d’importance à tout construire. Je déroule au fur et à mesure l’histoire en prenant juste quelques notes par-ci par-là.
La plupart du temps mon inspiration me vient d’une musique. Je choisis un décor, un nom de personnage et une situation insolite et hop là c’est parti ! Je dois avouer que c’est plus éclatant que le roman qui dure et qui dure et où je n’en vois pas le bout du tunnel.

 As-tu d’autres projets d’écriture ?

En ce moment même ! Sans doute parce que c’est l’été, mais aussi parce que mon voyage à New York m’a donné envie d’écrire à nouveau. Je prépare une nouvelle policière qui s’appelle : « Tu peux dormir tranquille maintenant » basée encore et toujours sur le glauque bien entendu, car, vous l’aurez compris : c’est ce que j’aime. Une histoire de flic pourri légèrement psychopathe sur les bords, mais je n’en dis pas plus ! Suspense…

Quels conseils donnerais-tu aux écrivains en herbe ou ceux qui veulent se lancer ?

Des conseils ? En tant qu’amateur, je dirai surtout de bien réfléchir avant de se lancer dans quoi que ce soit. De bien mesurer s’ils sont capables de tenir la distance dans le temps. Et de garder le même rythme d’écriture. Écrire un livre c’est véritablement un bébé à élever par excellence. C’est un investissement, une implication. C’est pas mal de fatigue aussi, car on a une vie avant celle de l’écrivain : la vie professionnelle et familiale où la gestion du temps est une maitrise et dans mon cas cela été la course au temps. Alors on devient vite noctambule. Le lundi on écrit, on se relit le mardi et on constate que ça va plus. Des blacks out à gérer et des manques d’inspirations peuvent venir tuer le projet et couper la motivation. L’envie ne doit jamais nous quitter. Quand elle est là, il faut savoir l’entretenir et surtout la garder.



Où peut-on lire tes écrits ?

Mes écrits pour l’instant ne sont pas publiés loin de là, car beaucoup de travail est nécessaire notamment la relecture et la réécriture. Je pense peut-être à un recueil de nouvelles. Mais le fait de vous avoir parlé de mon premier projet non abouti m’a donné l’idée reprendre un jour l’écriture de mon roman. Car quand on s’attache à un de ses personnages, il est très difficile de le lâcher, alors qui sait, peut-être qu’un jour mon inspecteur reprendra du service…


Marie, quels sont tes livres de chevet et tes films préférés ?

J’aime le polar, le thriller psychologique, la criminologie, la médecine légale, la psychopathologie et les tueurs en série. Et plus particulièrement quand les intrigues se passent aux États-Unis. Je lis Maxime Chattam — la Trilogie du Mal —, Jean-Christophe Grangé  La Ligne Noire —, Franck Thilliez, Caryl Ferey — Haka, Utu  et Zulu –, mais aussi Val Mac Dermid, Mo Hayder, Mickael  Connely, R.J. Ellory et James Ellroy. Et pour finir, j’ai beaucoup aimé les deux derniers polars primés du « Quai des Orfèvres ». J’ai aussi une affection particulière pour Stéphane Bourgoin.

En ce qui concerne les films j’aime beaucoup les réalisateurs tels que Clint Eatswood, Martin Scorcese, Francis Ford Coppola, Ben Affleck où des flics sont mis en scène et plongés dans des univers mafieux. J’aime beaucoup cette ambiance. Le reste est basé essentiellement sur des séries américaines : type les Experts Las Vegas, Miami, Manhattan, Unités Spéciales, Brigade Criminelle, Esprits criminels, Murder… Et au cas où vous me demanderiez pour la série Dexter, je n’ai pas vraiment aimé la série filmée, mais ai nettement préféré le livre.

Je vous invite vivement à découvrir la nouvelle "Et si..." de Marie C. qui vous pourrez lire gratuitement : ICI

Bonne découverte et bonne lecture,
sOnia

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Tous les textes, nouvelles, articles, chroniques, photos et guides sont la propriété du blog "Les chApitres de sOnia".
Tous ces écrits et photos sont le fruit d'un long travail, c'est pourquoi je vous demanderai de ne pas les copier ni de les diffuser sans mon accord préalable.