Rechercher dans ce blog

30 mai 2018

"Le visage de l'autre" d'Anne Darbes - "un parcours, un combat, un témoignage"

Chers lecteurs,

Un jour, alors que j'étais en train de surfer sur Facebook, je suis tombée sur  un de mes contacts qui félicitait une certaine Anne Darbes. Curieuse, je suis allée sur le compte de cette personne et j'ai été immédiatement attirée par son histoire, comme happée. Et lorsque j'ai lu sa 4ème de couverture, je me suis dis que ce roman n'allait pas me laisser indifférente et c'est ce qu'il s'est passé. 

Le roman, qui est avant tout un témoignage bouleversant sur l'abandon, la prostitution, le mal être et le transexualisme, est composé de 2 parties.

La première partie raconte l'histoire d'Henri auquel on s'attache dès le début. Au fil des pages, nous suivons son parcours. Les mots glissent, les émotions fusent, jusqu'à ce jour où Henri décide de ne plus exister.

La seconde partie est en peu plus mélangée, plus intérieure, plus intime. Nous rentrons vraiment dans le vif du sujet, dans la technique, dans la douleur, dans la renaissance. C'est intense.

Vous l'aurez compris, j'ai adoré le style, la narration et la plume d'Anne Darbes et d'après ce que j'ai compris, un deuxième opus se prépare. 

Anne Darbes se bat également, à travers des dédicaces, des débats, des conférences et des rencontres, pour faire changer le regard de l'autre sur le droit à la différence. Et pour tout cela, je la soutiens à 100 %.
BRAVO ANNE !

Résumé de "Le visage de l'autre", d'Anne Darbes

Ce livre est tiré d'une histoire vraie. Il entrainera le lecteur dans une dimension à la mesure de l'enfer de Dante, dans l'extrême émotionnel. Première époque : l'histoire d'Henri. Abandonné, battu, baladé de foyers de l'enfance en foyers de l'enfance, Henri découvrira trop tôt l'horreur de ces jungles world. Viols dans les établissements mixtes, bagarres, fugues, rencontres inquiétantes. Pourtant, le jeune Henri n'aura de cesse de trouver son équilibre, sa place au sein d'un univers amer et violent. Puis ça sera la légion étrangère, la désertion, la prison militaire. Enfin la rencontre décisive qui change un destin… Seconde époque : l'histoire d'Anne. Prostituée à Nice, Anne vit tantôt dans la rue, tantôt dans les foyers d'hébergement d'urgence. Pour le lecteur, une immersion totale dans le monde des sans-abris niçois et de la prostitution. Anne lutte comme une lionne pour survivre, face à un système social défaillant, qui infantilise et tue à petits feux les plus démunis. Henri la pousse à se raconter. Pourtant, à la limite de la mort, un miracle se produit… Mais quel lien inattendu unie Anne à Henri ? Qui est qui ? Un livre époustouflant, avec une volonté d'acier, une volonté qui transforme, secoue et ne renonce jamais.

Pour se procurer "Le visage de l'autre", c'est : ICI
Pour suivre l'auteure, c'est : ICI

Et vous, l'avez-vous lu ?
Excellente découverte,

Sonia

27 mai 2018

"La voix de mon père", le premier roman de Brigitte Lechanteur

Chers lecteurs,

Je vous invite dès à présent à découvrir le superbe roman de Brigitte Lechanteur, auteure indépendante.
"La voix de mon père" est son premier roman et je dois dire qu'il est très réussi.

Dès les premières lignes, nous sommes plongés dans une quête de la vérité. En écoutant la voix de son père sur une bande son, Patricia est alors loin de s'imaginer ce qu'elle va découvrir. 
A qui sont adressés les mots qui résonnent encore dans sa tête ? Qui est cette femme que son père a l'air de tant connaître et... d'aimer ? Cela aurait été plus simple si seulement son père avait été encore en vie.  

Tout au long du roman, Brigitte enquête sur le passé de son père décédé le jour de son anniversaire et découvre au fil des jours, d'un pays à un autre, le vrai visage de celui qu'elle ne connaissait peut-être pas vraiment.
Et surtout, est-elle réellement prête à tout entendre ? 

La plume de l'auteure est fluide et sans lourdeur. Moi qui suis très sensible aux dialogues entre les personnages, je dois dire que j'ai été servie. J'ai adoré ! Il y a du suspense, de l'émotion, des secrets de famille. Bref, tout ce que j'aime !

Merci à Marilyse Trécourt qui m'a permis de découvrir ce roman et un grand merci à Brigitte Lechanteur pour sa confiance. 

Résumé de "La voix de mon père" de Brigitte Lechanteur : 

Trop tard. Elle a enclenché la cassette. La voix de son père disparu quinze ans plus tôt s’élève. Rien ne sera plus jamais comme avant. Avant qu’elle ne découvre ce secret de famille, avant que sa recherche de la vérité ne l’emmène aux confins de la désillusion. De Paris en Belgique, d’Équateur en Grèce, elle tire le fil d’Ariane, mais la vérité a un prix : ce père qu’elle a aimé à la folie, cet homme de devoir, a-t-il vraiment fait cette chose monstrueuse ?
Pour vous procurer "La voix de mon père", c'est : ICI
Pour suivre l'auteure, c'est : ICI

Et vous, l'avez-vous lu ?

Bonne découverte,
Sonia

23 mai 2018

Le salon de l'Auto Edition à Pierre-Bénite (69) - 2ème saison

Chers lecteurs,
Chers auteurs,
Amis Lyonnais,

Que faites-vous samedi 26 mai 2018  ? Rien ?
Je vous invite alors à vous rendre à la deuxième saison du Salon de l'Auto Edition dans la région lyonnaise et plus précisément à Pierre-Benite (69).

Mais avant toute chose, découvrez vite qui se cache derrière cette belle initiative. Et pour sen savoir plus, j'ai posé quelques questions à Chloé et Céline. 

Pouvez-vous nous présenter le "Salon de l'Auto Edition"

Le Salon de l’autoédition a pour vocation de rassembler les auteurs et les professionnels de l’édition indépendante afin de présenter au grand public les mérites de l’autoédition.  Le samedi 26 mai, de 10h à 16h, au collège Marcel Pagnol de Pierre-Bénite (69), tout le monde est invité à participer aux débats sur les alternatives littéraires, et à découvrir la création contemporaine locale et nationale.
L’entrée au SAE#2 est gratuite.

Chloé, parlez-nous de vous. Qui êtes-vous ? 

Je ne suis pas auteur, ni écrivain, contrairement à la plupart des gens rencontrés ou contactés pour la préparation de ce salon. En tout cas, je ne me considère pas comme telle. Et j’admire beaucoup ces personnes-là. Si j’ai écrit des mémoires universitaires, je comprend bien, je pense, le travail que sous-tend l'écriture. J’avoue n’avoir jamais autant sué que pendant ces mois de rédaction !

Heureusement que Céline était là pour la correction ! Peut être que, malgré tout, j’aimerais faire entièrement partie de ce milieu, avoir écrit, ou écrire je ne sais pas, mais il faut bien que quelqu’un lise avec des étoiles plein les yeux. Ça, c’est moi! 

Sinon, j’ai un petit chat, Rookie, et un ami qui partage ma vie et que j’aime beaucoup ! Que dire de plus, j’ai un cursus de formation particulier : d'abord anthropologie en fac, où j’ai passionnément aimé Clifford Geertz et son “ anthropologie interprétative” très portée sur la question de l’écrit et du littéraire (Eh oui, je parle encore de l'université, une grande partie de ma vie) Par peur du manque de débouchés professionnels, et par intérêt pour la “scénographie” urbaine, j’ai intégré l’institut d’urbanisme et je suis actuellement chargée de mission environnement et agriculture en mairie et en service civique.

Comment vous est venue l'idée de créer un salon consacré à l'autoédition ? 

L’association Ecriture Plurielle s’intéresse à l’écriture sous différentes formes. La question des droits et devoirs de l’auteur est donc venue naturellement. Depuis sa création, un certain nombre de personnes ont “avoué” leur écriture : elles avaient un manuscrit dans un tiroir ou dans un coin de la tête et attendaient un coup de pouce pour le publier. Sans savoir comment s’y prendre et parfois, en ayant des a priori bloquants au sujet du monde du livre. Très souvent, des auteurs inconnus, en devenir ou même assumés révélaient leur univers par hasard… ou coïncidence ! C’est là que nous avons pensé réunir tout le monde sur un même journéepour donner une dimension supplémentaire aux partages et aux échanges.

Combien d'auteurs seront présents ? 

Dans un sens, tout les participants sont des auteurs ! En effet avec internet, l’écriture est réellement omniprésente. Les bloggers sont des auteurs émérites, n’est-ce pas ! Pour en revenir à l’organisation du SAE, aucun auteur n’est refusé mais on ne peut pas pousser les murs pour les stands. Donc, les tables dans le hall sont limitées à 50 (30 pour les auteurs et 20 pour les structures d’accompagnement, les associations et les professionnels). Tout autour, des auteurs (les mêmes ou d’autres) sont invités à animer des tables rondes, des ateliers ou des présentations et le collège peut accueillir 600 personnes. Il nous reste de la marge !

Le programme est établi de façon participative en fonction des envies et de la personnalité de chacun. Nous publions sur le site tout ce qui est sûr, et on aura des surprises jusqu’au dernier moment. Nous voulons un salon vivant, avec des livres, mais aussi beaucoup de rencontres.

Quels genres de romans va-t-on trouver au salon de l'autoédition  ? 

Les romans présentés sont à destination du grand public, sans spécialement de censure : chaque auteur est responsable de ses propos comme dans la vraie vie. Nous laissons venir les productions vivantes et contemporaines, dans le cadre légal, bien sûr. Il est vrai que certains titres peuvent sembler polémiques ou borderline. Nous les lisons alors, quitte à en parler avec l’auteur pour garder une intention claire dans cette journée : l’autoédition ne se définit pas par la provocation ou le fait d’être iconoclaste, même si elle fait bouger les lignes.

Les ouvrages, fictions et essais, qu’on trouvera sur les stands ne vont pas chercher le scoop ou le buzz médiatique - contrairement à certains titres promus dans les grandes maisons d’édition. Les auteurs répondent à une nécessité intérieure d’écriture et leurs textes ont l’authenticité et la sincérité qui manque parfois aux succès commerciaux.

Romance, polar et thriller, témoignage,  poésie, littérature générale - ces catégories traditionnelles ne suffisent plus pour classer la littérature d’aujourd’hui, innovante, inclassable, “transgenre”, autofictive, mutante, truffée de petites merveilles de nouveauté

Vous êtes en partenariat avec H-Tag, organisateur du concours des Indés Awards. Comment cela s'est-il passé ? 

Lors de la première édition du SAE, une table ronde avait pour titre : “Le Prix de l’indépendance”. Il s’agissait de mettre sur la table la qualité des œuvres indépendantes, hors du contrôle des éditeurs. Les participants ont alors imaginé un Prix des Indés Awards grâce au collectif Fatsframe, devenu H-Tag. Nous sommes fiers d’avoir vu naître l’idée. 

Cela correspond bien à notre volonté de fédérer les initiatives autour de l’autoédition.

Autres partenaires de marque, le magazine en ligne gratuit L’Indé Panda ainsi que les Rimailleurs, association viennoise de poètes et d’artistes. Le journal de solutions Tout Va Bien, La Plume indépendante, Radio Pluriel s’engagent également à nos côtés. On pourrait dire que la solidarité est une valeur forte dans la littérature contemporaine.

Combien de visiteurs attendez-vous pour ce salon ? 

Le plus possible ! L’an passé, la fréquentation avait dépassé le chiffre de 200 et cette année, nous voudrions multiplier par 5 le nombre de visiteurs, qu’ils soient auteurs, lecteurs ou curieux. Et vous l’avez compris, les frontières s’effacent de plus en plus entre ces “catégories”. 

Comme ce sera le week-end du 27 mai, nous espérons que les enfants feront dédicacer leur cadeau de fête des mères … et pas que ! Notre idée est de permettre à tous ceux qui viennent de s’y retrouver, en apprenant les ficelles d’internet, en découvrant d’autres horizons littéraires, en s’engageant pour une expression libre… et aussi en empruntant des chemins de traverse auxquels même le comité d’organisation n’a pas songé ! 

Comme l’an dernier, nous voudrions que ce salon vous donne envie de lire, envie d’écrire, envie de se rencontrer et que chacun s’en retourne avec de nouvelles idées et des étoiles dans les yeux

Chloé et Céline sont également accompagnées tout au long de cette aventure par,

Emmanuel, webmaster et Président d'Ecriture Plurielle
Yaya Diallo, animateur culturel engagé pour la francophonie
Lou Desmurs, chargée des projets auteurs,
Denis Daul, poète engagé pour la performance poétique,
ainsi que tous les bénévoles qui nous prêtent la main ponctuellement.

*** *** ***

Chers lecteurs, chers auteurs,
Amis lyonnais et de Navarre,
Vous l'aurez compris, samedi 26 mai 2018 entre 10 H et 17 H, vous savez où vous devez vous rendre.

Collège Marcel Pagnol
44 Rue Charles de Gaulle
69310 Pierre-Bénite

Le Salon de l'Auto Edition, c'est également des rencontres et des tables rondes. N'hésitez pas à consulter les ateliers qui vont seront proposés en cliquant sur l'affiche.



Pour en savoir plus :
Salon de l'Autoédition à Lyon (SAE) - groupe Facebook
Ecriture plurielle

Excellente semaine et à très vite,
Sonia

BILLETERIE

20 mai 2018

Journées dédicaces "Notes et Plumes" chez LEA


Chers lecteurs, 

Comme je vous l'annonçais sur mon compte Facebook, mon éditeur "Les Editions Abordables" organise pour ses auteurs, 3 journées de dédicace dans sa librairie, située 8 rue Gramme dans le 15ème arrondissement de Paris (métro Commerces).

A cette occasion, vous pourrez, en plus de rencontrer et d'échanger avec les auteurs, écouter quelques extraits et passages accompagnés d'une mélodie de leur choix. 

Pour ma part, j'aurai le plaisir de vous dédicacer mon roman "Du vin sur les lèvres" le samedi 26 mai 2018 (10h - 19h).

Résumé de "Du vin sur les lèvres" : 

Nina, secrétaire, ouvre par erreur une enveloppe contenant un manuscrit relatant la vie d’une certaine Rose. Elle donne rendez-vous à l’auteur pour lui remettre ses écrits. Une fois arrivée à l’endroit convenu, ce n’est pas lui qu’elle rencontrera, mais l’un de ses proches.
Nina, qui rêve d’une vie modèle, est loin de s’imaginer que sa vie va prendre une autre tournure.
Doute, mensonge, trahison et désir se mettront en travers de son chemin. Mais réussira-t-elle à sortir indemne des choix qu’elle aura à faire ?

Lors de ces 3 journées, vous aurez également l'occasion de rencontrer les auteurs suivants :



DEDICACE SAMEDI 26 MAI 2018
(10h - 19h)

Elisabeth Gontier
Céline Willocq
Charlie G.
Sonia Dron
Yannick Girouard
Christian Huitorel
Frédéric Chatoux








DEDICACE SAMEDI 2 JUIN 2018
(10h - 19h)

Anne-Sophie Le Bris
Genevière Steinling
Jacques Borsarello
Christophe Blanquie
Paul Garbay
Norbert Crochet









DEDICACE SAMEDI 9 JUIN 2018
(10h - 19h)

Edith Payeux
Catherine Grimme
Lou d'Esterny
Philippe Leclercq
Jean-Paul Malet
Thomas De Just









Chers lecteurs, chers passionnés, nous espérons vous voir nombreux lors de ces 3 journées exceptionnelles dont l'unique but, en plus de vous faire passer un excellent bon moment, est de vous faire connaître de nouvelles plumes et de nouveaux auteurs. 

N'hésitez pas à diffuser cette information partout autour de vous. 

A très vite, 
Sonia et Les Editions Abordables. 


Les Editions Abrodables
8 rue Gramme 7505 PARIS
Métro Commerces - ligne 8


Tous les textes, nouvelles, articles, chroniques, photos et guides sont la propriété du blog "Les chapitres de Sonia".
Tous ces écrits et photos sont le fruit d'un long travail, c'est pourquoi je vous demanderai de ne pas les copier ni de les diffuser sans mon accord préalable.