Rechercher dans ce blog

8 févr. 2015

Cinquante nuances de Grey - E.L. James

Du roman au cinéma

 

A la vieille de la sortie sur grand écran du film « Cinquante nuances de Grey » réalisé par Sam Taylor Johnson et adapté du roman « Fifty shades of Grey » de la romancière britannique E.L. James, je ne pouvais véritablement pas passer à côté de ce phénomène mondial  et incroyablement bien orchestré.

Et qui dit PHÉNOMÈNE dit ARTICLE D'EXCEPTION...
Vous êtes prêts ? Alors en route pour de la lecture ! 




Avant toute chose, je tiens à signaler que cette trilogie est sortie en France un an après avoir commencé à écrire « La douleur des sentiments » ! Pourquoi le préciser ? Parce que j’ai toujours cette unique et éternelle question : as-tu été influencée par « Cinquante nuances de Grey » ? Nooooooooon ! Non ! et re NON !
Mon livre est avant tout un roman sentimental PARSEMÉ d’érotisme. Ce qui veut dire plus explicitement que l’histoire est basée surtout sur une véritable histoire d’amour et que l’érotisme vient en second plan.


Ce roman m’a été conseillé voire recommandé par une de mes amies qui a failli passer du stade de sœur à celui de simple copine après l’achat et la lecture de ce bouquin... (au passage cette dernière, n'étant pas fan de ce genre de lecture, n'a jamais lu le roman ! Haaa fuck and shit).

Revenons en octobre 2012

La presse à l’époque nous avait vendu le roman comme celui étant LE livre qu’Harlequin aurait pu écrire s’il avait écrit de l’érotisme. Avec ses scènes plus qu’osées, ce roman avait, apparemment outre atlantique, eu le don de rebooster la libido des mamans ; qui si nous suivons la logique des médias, ne devaient apparemment plus avoir de vie sexuelle palpitante une fois après avoir donné la vie.

Le phénomène "Mommy porn", en d’autres termes de la littérature érotique pour femmes au foyer était né !

Bref, très curieuse par cet engouement soudain pour la littérature érotique moderne, je me suis retrouvée devant la caisse de la Fnac avec le bouquin dans la main. Je voulais savoir pourquoi toutes les femmes rougissaient autant en ayant le nez dans ce roman, dont certaines avaient caché la couverture d’une feuille blanche.
Hey oui, n’oubliez pas que je suis très observatrice et curieuse.

En rentrant chez moi, je me suis hâtée de dîner avec ma petite famille et je me suis installée dans mon fauteuil avec une bonne tasse de café noir fumante et ai commencé la lecture (le café a la vertu de tenir éveillé les gens ; au cas où… j’étais prête à passer une nuit de folie).
Et, j’ai attendu… attendu… attendu… mais rien n’est jamais venu. Pas même le moindre frisson ! J’ai été subjuguée par le style de l’écriture que j’ai trouvé fade. Avec le tapage autour, je m'étais imaginée des scènes torrides et choquantes ! Peut-être le sont-elles pour certaines ? Peut-être est-ce dû au fait que j'ai déjà lu des livres érotiques auparavant qui m'ont véritablement retournée ? Peut-être est-ce le fait que le subjectif soit, à mon sens, plus érotique ou sensuel que les scènes plus brutes

Et je vais vous révéler un secret presque inavouable : j’ai préféré lire un Harlequin de la collection "Audace" que j'ai trouvé plus sensuel que les scènes érotiques entre Anastasia et Christian, c’est pour vous dire ! 
Depuis Harlequin a sorti la collection "Erotique" que je n'ai pas lue.

Dans tous les cas, le roman « Cinquante nuances de Grey » divise la France. Une partie a adoré et adhéré. Les scènes érotico-SM ont transporté littéralement certaines françaises et l’autre moitié, dont je fais partie, ont eu beaucoup de mal à terminer le roman.
Toutefois, certains mâles m'ont dit secrètement avoir été ravis de voir leurs femmes lire le roman, si vous voyez ce que je veux dire :)
Pour ma part, je ne saurai dire si j’ai été déçue par les scènes dites érotiques (mais surtout à l’eau de rose) ou si c’est par le manque d’histoire réelle ou par les dialogues et le fait que les deux protagonistes soient insipides et insignifiants. Certaines personnes qui ont lu la version originale ont trouvé que c’était un très bon livre. Ce qui sous entendrait que la traduction est bidon !? Hum pas sûre que cela soit la seule raison.


Cinquantes Nuances de Grey – Fitfty shades of Grey : LE ROMAN





Anastasia Steele, étudiante en littérature remplace au pied levé son amie malade pour interviewer Christian Grey, un jeune et richissime chef d’entreprise de Seattle à qui tout réussi. Anastasia tombe vite sous son charme. Ce qu’elle ne sait pas c’est que cet homme a des gouts douteux et obscurs concernant l’amour au sens propre du terme.


Lorsqu’on lit le résumé, on se dit : Oh mon Dieu ! Ca risque d’être… Wouah !!

Il faut savoir qu’Anastasia, l’héroïne, est une jeune étudiante timide, qui n’a aucune confiance en elle et qui a un sex appeal dont elle ignore le pouvoir. Elle est vierge et pour mémoire n’a presque pas voire jamais embrassé un garçon ou même pris par la main un homme.
Christian Grey est un bel homme aux yeux gris. Toujours bien habillé, un peu obsessionnel et tatillon, c’est un chef d’entreprise riche ou très riche, beau comme un Dieu, célibataire, mais adepte du BDSM.

Le tableau est posé. Il ne manque plus qu’à broder autour.

Pendant 530 pages, E.L. James nous trimbale entre la « déesse intérieure » d’Anastasia qui intervient dans ses pensées pendant tout le livre ce qui rend insupportable la lecture (autant mettre des LOL pour ponctuer chaque petite phrase drôle ou des  fuck à chaque fin de scènes érotiques) et des extraits d’email échangés entre la dominée et le dominant, qui au passage font ce qu’ils veulent : le dominant ne se fait pas obéir et la dominée fait ce qu’elle veut et en boudant s’il vous plait !

Entre tout cela nous avons la lecture d’une bonne dizaine de pages dudit contrat de soumission que le bel homme aux yeux gris, à qui tout réussi sauf de se faire obéir, souhaite faire signer à Anastasia, la jeune vierge effarouchée.
Cette dernière doit faire attention à sa ligne, être propre, sportive, épilée tous les jours etc, et se donner entièrement à son Maître. Seul bémol mais de taille à mes yeux, la future soumise ne l’entend pas de cette oreille et refuse quelques pratiques qui semblent loin des pratiques sado-masochistes mais plus proches des pratiques dites "classiques". Enfin cela reste mon avis.

Je n’ai pas voulu lire les deux autres romans de la trilogie ayant déjà eu du mal à terminer le premier volume. 

« Cinquante nuances de Grey » AU CINEMA



Nous y voilà !
Mercredi 11 février 2015, à quelques jours de la Saint Valentin, le film sort sur tous nos écrans de cinéma français,. Il est réalisé par Sam Taylor Johnson. 
Dans les rôles principaux :
Anastasia Steele – Dakota Jonhson (fille de Mélanie Griffith et Don Johnson)
Christian Grey - Jamie Dorman

D’après ce que nous pouvons trouver comme informations à ce jour concernant ce film, il n’y aurait que 16 % de sexe dans 2 heures de film. Aux USA, il a déjà été censuré aux -17 ans non accompagnés.

En France il sera interdit aux moins de 12 ans !

Extrait de l'article du 06 février 2015

Dans une interview accordée à Première, le président de la commission Jean-François Mary a justifié ce "moins de 12 ans" par la simple existence de ce "rapport sadomasochiste" dans un "schéma de romance somme toute assez classique" et qui ne compte qu'un "petit nombre de scènes" à caractère sexuel. Il appartient désormais à la Ministre de la culture Fleur Pellerin de valider ou non cette interdiction avant la sortie salles prévue le 11 février prochain.
Dans les autres pays

  • Malaise : interdiction totale.
  • Brésil, Irlande, Nouvelle-Zélande, Corée du Sud et Royaume-Uni : interdit -18 ans
  • Canada : interdit aux - 18 ans non accompagnés par un adulte.
  • Etats-Unis : interdit aux - 17 ans non accompagnés par un adulte.
  • Islande, Québec et Pays bas: interdit aux - 16 ans.
  • République Tchèque et Suède : interdit aux -15 ans.
  • Australie : interdit aux - 15 ans non accompagnés par une personne détenant l'autorité parentale).

Dans tous les cas, pour ma part, je ne serai pas parmi les fans de la trilogie. J’attendrai qu’il passe à la télévision pour le voir… ou pas ! 


Quelques CHIFFRES et quelques DATES


Fifty shades of Grey – En France, en Europe et dans le reste du monde
Vendu dans 46 pays et en 45 langues.
« Fifty shades of Grey » a d’abord été auto édité sur Internet pour ensuite être découvert et publié par Vintage Books.
18 mois après sa parution : 40 millions d’exemplaires ont été vendus aux Etats-Unis et au Royaume-Uni.
Italie : 900 000 exemplaires et 1,28 millions en Australie.

Pendant 37 semaines, il est le premier du classement des meilleures ventes de livres.

Situation ubuesque : ce roman a été retiré des bibliothèques de Floride, du Winsconsin et de Georgie, jugé trop pornographique.




"Cinquante nuances de Grey" (Lattès) de la Britannique E. L. James s'est arraché dans les librairies françaises avec 100.000 ventes en cinq jours et prend la tête du Top 20 Ipsos-Livres Hebdo tous genres confondus, indique jeudi le magazine spécialisé.
Les lecteurs, et surtout les lectrices, se sont précipités sur les aventures sadomasochistes de l'innocente étudiante Anastasia Steele et du séduisant patron de multinationale Christian Grey.
Ce "Mummy porn", vendu à 40 millions d'exemplaires dans le monde, dont le premier tome a été publié le 17 octobre en France, s'est vendu à 100.000 exemplaires dès les cinq premiers jours de sa sortie, soit autant qu'"Une place à prendre" (Grasset) de J. K. Rowling en trois semaines, relève Ipsos.
Le livre a bénéficié d'un premier tirage de 525.000 exemplaires pour une mise en place de 350.000 et son éditeur JC Lattès enregistre des réassorts quotidiens de 35.000 à 70.000 exemplaires.


Et pour compléter...
Devant l’ampleur du phénomène, JC Lattès dépose en France la marque « cinquante nuances ».


 La FOLIE des TRILOGIES


Nous ne pouvons pas faire un pas dans une librairie, aller sur un site pour acheter un livre, regarder une affiche dans le bus et le métro sans tomber sur des trilogies "érotiques".

N'ayant pas voulu rester sur une défaite et une mauvaise impression de la lecture "Mommy Porn", j'ai tout de même acheté le 1er volume de 2 livres, qui à mon sens aurait pu égaler voire dépasser le Best Seller de E.L. James : 
50 nuances de Grey - Beautiful Bastard - Hôtel chambre 1

"Beautiful Bastard"  qui a eu plus de succès une fois la livre posé sur ma table de chevet.

Je mettrai tout de même une très bonne note au roman d’Emma Mars "Hôtel – Chambre un" car non seulement l’histoire se passe dans Paris et surtout dans le quartier dans lequel je travaille mais surtout la narration est tout à fait différente. Elle est beaucoup plus posée et je dirais même plus "adulte". Quant aux scènes, elles sont simples mais intenses. 

Et si vous voulez vraiment partir sur de l'érotisme (du vrai) voire du pornographique, je vous conseille d'aller faire un tour sur le site La Musardine, maison d'édition qui s'est spécialisée dans ce genre de littérature et qui est notamment connue pour les bouquins de la collection "Osez...".

Conclusion



Je félicite la presse et les éditeurs, qui d’un bon coup de marketing et d'une excellente communication, ont su dénicher un produit qui aujourd’hui se vend à toutes les sauces. Du parfum, des sex toys, des accessoires, de la lingerie, des cravates bien sûr. E.L. James a également vendu les droits à une société australienne pour commercialiser un jeu de société intitulé : Fifty shades of Grey – Party Game.  
Les dérivés de la marque « Cinquante nuances» et
Madame E.L. James ont de beaux jours devant eux.

Je tire tout de même un grand coup de chapeau mérité à E.L. James qui, un bon matin s’est réveillée avec un nombre incalculable de lecteurs. Passer de la fanfiction basée sur l’univers de Twilight à l’auto publication pour son premier roman et finir Best Seller, cet exemple et cet acharnement me laisse rêveuse et me donne l’envie de continuer à écrire encore et encore… même si personne ne vous lit !

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, maintenant que vous avez lu tout ça, la parole et à vous

Si vous souhaitez intervenir concernant cet article et si vous comptez aller voir le film, ne soyez pas timide ! Venez m'en parler !

J'espère que cet article exceptionnel vous aura plu.

Et toujours en vente

La douleur des sentiments

Au fait Marie, tu me dois 17 euros !

A lire également une interview de deux lectrices passionnées de nouvelle littérature érotique ICI

4 commentaires :

  1. Commentaire de Jessica reçu sur ma boite mail (retransmis ici avec son accord) :

    Bonjour et merci pour ton nouveau commentaire, je suis d’accord avec toi concernant les livres érotiques qui émoustillent plus que 50 nuances de Grey, c’est à mon sens un livre très cru. En pensant aux très très jeunes lectrices de ce livre, les pauvres retiendront, malheureusement, une image de sexe assez violente. Par contre je comprends que certaines scènes ont pu, chez certaines lectrices leurs révéler des fantasmes inavoués, c’est justement ses lectrices qui n’ont pas du tout était concernée par le style du bouquin.

    Mais aussi en choquer certaines, les gens qui entendent parler de fisting et de plug pour la 1ère fois, le SM peut faire peur. En tout cas, j’ai lu les 3 volumes, le 1er très cru, les 2 et 3 èmes plus soft avec la naissance d’une histoire d’amour, du suspens et pour conclure un mariage et 2 enfants.

    Pour moi cette trilogie reste quand même une fiction, jamais dans la vie réelle une femme n’a jamais eu autant d’orgasmes 

    Bien à toi.

    Jessica

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,
    Merci pour cette chronique. Je n'avais pas l'intention de lire le livre, trop de marketing autour c'est louche et le quatrième de couverture... bref le genre d'histoire que je fuis :parfum d'eau de rose mâtiné à la sauce "érotico-sensuelle" sans saveur, rien de très attirant. J'ai beaucoup aimé votre remarque "Peut-être est-ce le fait que le subjectif soit, à mon sens, plus érotique ou sensuel que les scènes plus brutes ?" : une opinion que je partage totalement. Le véritable talent d'un écrivain dans ce genre de scène sera de suggérer et de laisser faire l'imagination des lecteurs plutôt que d'imposer une vision brute... S'il ne laisse pas d'espace à l'imagination du lecteur, c'est que l'auteur ne maîtrise pas vraiment ni son sujet et ni son écriture (oups, je sais je ne suis pas gentille des fois, mais je suis exigeante quant à ce que je lis).
    La lecture de votre article me conforte, je n'ai pas loupé de chef d'oeuvre, j'ai aussi lu le spoiler du film sur un autre site (OC pour ceux qui connaissent) c'est un peu outré mais hilarant. C'est sur que je n'aurais pas été voir le film non plus.
    Bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Brein Milliner,

      J'ai été surtout curieuse de comprendre pourquoi autant de tapage sur ce roman. depuis, nous sommes innondés par ce genre de roman et beaucoup de jeunes ; même de très jeunes ados, lisent ces histoires pseudos érotiques.
      Cela fait plaisir que les avis soient partagés car j'ai eu l'impression à un moment donné que j'étais devenue le vilain petit canard crachant sur ce "magnifique" Best Seller...

      Et pour fini, désolée pour la réponse tardive (mais en vacances, ce n'est pas aussi simple d'être toujours connectée).

      D'ici début août, je vais mettre en ligne une nouvelle érotique que j'ai écrite. Celle-ci correspond vraiment à ce que j'aime écrire et lire en espérant qu'elle plaise à tout le monde hahaha.

      A bientôt je l'espère,
      Sonia

      Supprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer

Tous les textes, nouvelles, articles, chroniques, photos et guides sont la propriété du blog "Les chApitres de sOnia".
Tous ces écrits et photos sont le fruit d'un long travail, c'est pourquoi je vous demanderai de ne pas les copier ni de les diffuser sans mon accord préalable.